La différence qui fait les leaders

La différence qui fait les leaders

Qui n’a pas vécu cette expérience de lire un bon livre professionnel et d’avoir une révélation : j’ai compris, c’est génial, c’est exactement cela qu’il faut faire !
Cette révélation peut aussi avoir lieu suite à une formation ou une conversation entre pairs. Mais c’est bien-sûr ! L’évidence vous frappe. La réussite est au bout de la mise en application de cette idée, tellement évidente, tellement simple !! Pourquoi ne pas y avoir pensé avant ?!

Et puis, quelques semaines plus tard, c’est oublié, passé à la trappe du travail quotidien qui n’est absorbable qu’en reproduisant des schémas existants qui vous « reposent ». En effet, toute remise en question est elle-même remise en question par notre inconscient en fonction de l’effort qu’elle réclame.

Cet alètheia, nous l’avons vécu plusieurs fois et récemment lors de la présentation du concept de Leadership Authentique :

Le constat du problème que rencontrent les managers est partagé par tous : nous sommes dans une société de défiance, et le prix à payer pour de cette défiance est considérable. Le coût du contrôle et de la démotivation se chiffre en milliards. Il faut réagir. La question du comment recréer la confiance minimale entre les salariés et les managers se pose alors.

Parmi toutes les recettes possibles, il y a la voie du leadership authentique, simple à mettre en œuvre et dont l’efficacité est scientifiquement prouvée.

Toutes les personnes qui assistent à cette démonstration sont convaincues. Et pourtant, trop peu passent à l’action. Une fois rentrées au bureau, cette révélation se dissout dans les soucis du quotidien. Nous savons tous que 90% des formations comportementales sont oubliées au bout de 30 jours.

C’est une question qui me tarabustait quand j’en ai parlé à Jacques Eliard, un des fondateurs de la méthode iLead que nous utilisons dans nos programmes de développement du leadership. Sa réponse m’a tellement interpelé que me voilà en train d’écrire ce papier.

Pour la comprendre, laissez-moi vous re-donner une courte explication du modèle iLead.

Pour simplifier le modèle je ne parlerai que des moteurs iLead et pas des freins. Nous avons 4 moteurs qui nourrissent notre énergie :

  • 2 moteurs d’apprentissage :notre manière d’apprendre et de comprendre le monde
  • 2 moteurs d’action : notre manière d’agir sur le monde

Le questionnaire signature iLead permet d’identifier ces 4 moteurs. Pourquoi ? Parce que la définition du leadership dans un monde complexe est la suivante : comprendre le monde et apprendre de ses mutations, en construire une vision, agir et mettre en action sur cette vision.

Quand j’ai expliqué mon problème de non-décision à Jacques, sa réponse était limpide :

« C’est exactement pour cela que nous avons créé le modèle iLead. C’est cela qui fait la différence entre les leaders et les autres. Nous avons tous régulièrement cette révélation, cette croyance que nous savons après avoir lu un livre ou un article de fond. « C’est bon j’ai compris ». Et, inconsciemment, nous croyons qu’avoir compris suffit à changer notre comportement. Et rien ne change, évidemment. La différence qui fait les Leaders, c’est que ces derniers mettent en action, ils ne se contentent pas d’apprendre, ils agissent. Notre modèle permet de faire prendre conscience aux gens de leur mode d’apprentissage (et il faut souvent réapprendre à apprendre) puis de leur manière de mettre en action. Et c’est ainsi que nous développons le Leadership de tout le monde. »

La différence qui fait les Leaders c’est bien de ne pas se contenter de savoir, de comprendre, mais d’agir en fonction de cela, de sortir des habitudes.
Et vous ? Quel savoir avez-vous acquis récemment sans le mettre en action ?

 

mcr-evenement-ecommerce-remuneration-horizontal

Frédéric Bonneton
Directeur Associé chez MCR Groupe

Articles recommandés

1 réaction sur “ La différence qui fait les leaders ”

  1. Flo Réponse

    « La différence qui fait les Leaders c’est bien de ne pas se contenter de savoir, de comprendre, mais d’agir en fonction de cela, de sortir des habitudes. »

    Cette conclusion est terriblement vrai. C’est ce qui fait la différence entre les « goods » et les « greats », savoir remettre en question ses habitudes et faire ce qui doit être fait pour s’améliorer même si cela veut dire d’aller vers l’inconnu et se mettre en position inconfortable.

    Certaines personnes ont des qualités naturelles pour être de bons leaders mais c’est possible de le devenir en appliquant les bonnes méthodes comme mentionnées dans l’article. C’est excellent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + 3 =