BSPCE et Intéressement : le cocktail gagnant des start-up !

startup bspce

Les startups attirent de nombreux salariés prêts à s’investir dans un projet d’entreprise ambitieux et motivant, le tout dans une ambiance généralement intense et épanouissante.

bcpce-actions-entreprise-prix-fixe

Cependant, leur principal défaut reste souvent leur difficulté à rivaliser en termes de niveaux de salaires avec des entreprises bien installées, en particulier pour des postes clés.

Alors pour finir de séduire leur CTO (pour Chief Technology Officer) ou leur Directeur Commercial elles ont souvent recours à un outil incomparable, les Bons de Souscription de Parts de Créateur d’Entreprise ou BSPCE.

livre blanc bspce

Les BSPCE sont en effet parfaitement adaptés pour attirer des salariés clés pour l’entreprise, ces derniers acceptant un salaire plus bas en contrepartie d’une perspective de gain potentiellement bien plus importante. Pour rappel, les BSPCE permettent d’acheter des actions de l’entreprise à un prix fixé à l’avance, ainsi le salarié n’achètera les titres que s’il est certain de réaliser une belle plus-value à la revente.

Le succès des BSPCE est tel que beaucoup de jeunes entreprises de croissance en proposent à l’ensemble de leurs salariés.

Jusque-là tout parait parfait sauf que l’on constate que de nombreuses startups construisent l’essentiel de leur politique salariale autour de l’attribution de BSPCE. Or, ces entreprises découvrent souvent trop tard que leur politique de rémunération n’aurait pas dû se réduire à cette démarche, à l’occasion par exemple du départ plus ou moins massif de salariés.

Cela s’explique facilement dès lors que l’on revient aux fondamentaux de la rémunération : le salaire fixe paie la compétence, le salaire variable paie la performance individuelle, le variable collectif (intéressement, participation, actionnariat salarié) paie la création de richesse collective.

bscpe-enveloppe

Avec les BSPCE l’entreprise fait une forte promesse de partage de la richesse future. Pour une personne dont le niveau de salaire reste relativement élevé, même s’il est inférieur aux pratiques de marché, cela est acceptable voire super motivant. C’est d’autant plus vrai que le salarié occupe un poste important car il aura une bonne vision du développement et des perspectives économiques de l’entreprise.

A l’inverse, pour des salariés à revenus faibles ou moyens, la perspective d’une enveloppe significative à 2 ou 3 ans est séduisante certes mais ne suffit pas à combler des besoins économiques plus immédiats.

De même, en cas de difficulté ou en période de croissance plus faible, l’éloignement de la perspective de valorisation de l’entreprise et donc d’enrichissement personnel aura un fort impact sur la motivation des bénéficiaires de BSPCE.

bspce-startup-adaptation

Les startups doivent donc impérativement adapter leur politique de rémunération en tenant compte de cette réalité.

Accédez dès maintenant au livre blanc : Et si la rémunération devenait un outil de motivation ?

Bien sûr, le manque d’argent est souvent endémique dans les jeunes entreprises de croissance et il leur sera toujours difficile voire irréaliste de proposer des niveaux de salaires fixes en cohérence avec les pratiques de marché.

C’est pour cette raison que la mise en place d’un système d’intéressement est souvent une des réponses les plus adaptée à cette problématique de rémunération dans les startups, l’objectif étant de donner aux équipes une perspective d’amélioration économique à plus court terme et moins aléatoire car fondée sur la réalisation des objectifs annuels, voire semestriels.

Cette démarche devra se faire dans le cadre d’un accord d’intéressement légal, ce qui permettra à l’entreprise de verser des primes à moindre coût puisqu’elle ne devra payer qu’un forfait social de 8% ou 20% au lieu des charges sociales habituelles.

L’intéressement est également un excellent outil de management dès lors que l’on base le calcul de l’enveloppe sur la réalisation d’objectifs directement issus du projet de développement.

En conclusion, l’association d’un système d’intéressement et d’une politique d’attribution de BSPCE semble être le cocktail idéal des entreprises de croissance, car il permettra de donner des perspectives économiques à moyen et à plus long terme. Dans les startups encore plus que dans les autres entreprises la stratégie de partage de la valeur est un enjeu de motivation, de fidélisation et de performance.

intéressement livre blanc

Suivez-nous aussi sur Youtube et sur Linkedin

Si vous souhaitez recevoir toutes les actualités du blog, abonnez-vous à la Newsletter !

Pour en savoir plus: http://www.mcr-consultants.com

contact mcr

Thierry Magin
Directeur Associé chez MCR Groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois + 15 =